Une baie vitrée pour ma maison

Une fois la décision prise de doter une ou plusieurs de vos façades d’une baie vitrée, il y a trois éléments à définir :

  • La taille et la forme de la baie et le type d’ouverture qui s’y adapte le mieux
  • La qualité et les caractéristiques du vitrage
  • Le matériau de la structure

L’ouverture

On distingue deux grands types de baies vitrées : les baies vitrées fixes et les baies à ouverture. Les secondes peuvent s’ouvrir :

  • En coulissant : soit une moitié de la baie coulisse sur l’autre, soit la structure coulisse à l’intérieur d’un ou deux murs
  • Comme une porte, avec un ou deux volets, ce sont les classiques portes-fenêtres.

Le vitrage

Le vitrage est primordial, c’est lui qui va protéger l’ouverture de votre baie vitrée contre le froid (ou la chaleur), le bruit et les effractions.

En matière de protection, le double vitrage classique est 40% plus efficace qu’un simple vitrage. Il vous coûtera 150 euros du m².

Il existe d’autres « double vitrage », plus efficaces. Le double vitrage dit émissif qui utilise les infrarouges pour chauffer l’intérieur. Il est 30% plus efficace que le double vitrage classique et 10% plus cher. Si il est renforcé d’une « lame argon », il sera encore 10% plus efficace mais vous coûtera jusqu’à 250 euros le m².

Pour un effet inverse, sur les baies orientées au sud, il existe des vitrages qui empêchent les réfléchissements, ils atténuent donc la chaleur produite par les rayons.

Une multitude d’autres options sont disponibles. Par exemple, le vitrage de votre baie peut être autonettoyant, teinté de telle sorte que vous voyez l’extérieur sans que l’on vous voie. Il possible de placer un entre les deux couches de vitres. Etc.

La structure

Trois options principales s’offrent à vous.

  • Un châssis en bois est la solution la plus esthétique et offre la meilleure isolation. Par contre, le bois doit être traité au minimum tous les deux ans et est onéreux.
  • La solution économique reste le PVC. Mais il n’est pas recommandé pour les baies vitrées, il manque de rigidité et ne peut donc pas s’adapter aux grandes surfaces.
  • L’alternative est l’aluminium, qui, lui, est beaucoup utilisé pour les travaux d’envergure. Très rigide, il ne subit pas de déformations. Ses qualités isolantes sont, par contre, bien moindres que celles du bois.